L’AFEST (Action de Formation En Situation de Travail) est un processus de formation professionnelle mis à jour par décret et mis en application depuis le 1er janvier 2019. Il propose à la fois une méthodologie innovante et de meilleurs résultats en matière de formation en situation de travail. Composée d’une partie formation directement sur site et d’une partie dite de « séquence réflexive », ou de débriefing, l’AFEST allie théorie et pratique pour une réussite maximale de la formation en situation de travail.

L’AFEST : qu’est-ce que c’est ?

L’action de formation en situation de travail (AFEST) met l’accent, depuis le 1er janvier 2019, sur l’acquisition de compétences précises et leur évaluation à postériori, plutôt que sur le respect d’un programme de formation en situation de travail. Le Décret n°2018-1341 du 28 décembre 2018 fait alors évoluer l’ancienne définition de l’AFEST et jette les bases de ce qu’il doit être dès aujourd’hui. La législation française décrit alors 4 étapes importantes qui doivent jalonner l’action de formation en situation de travail :

  • La première étape est l’analyse des besoins et de la pédagogie à mettre en place. Il s’agit de mettre à plat les besoins de l’entreprise ainsi que de pointer du doigt ce qui peut être amélioré
  • La deuxième étape doit consister, selon le décret du 28 décembre 2018, à nommer un formateur capable de gérer les deux phases de l’AFEST (théorique et pratique)
  • La troisième phase dite « réflexive » permet à l’apprenant de prendre du recul sur ce qu’il a appris et sur sa façon d’apprendre. 
  • La quatrième et dernière étape de l’action de formation en situation de travail concentre les différentes évaluations découlant de cette formation en situation de travail. Après qu’elle est terminée, une évaluation exhaustive de chaque phase doit être effectuée, mentionnant alors les acquis des différents acteurs de cette formation
AFEST

 Former au QRQC en situation de travail

L’AFEST en entreprise et en situation de travail

L’action de formation en situation de travail, ou AFEST, est un processus qui demande de passer par une phase dite « de terrain », autrement dit directement en situation de travail. Directement au sein de votre entreprise, la formation en situation de travail doit viser les situations ou les processus les plus critiques, qui comptent le plus de problèmes. Cette phase est tout aussi utile au sein d’entreprises de l’industrie que du secteur tertiaire. Elle permet de voir la méthodologie de travail des employés, ce qui ne va pas et ce qui peut être amélioré. Dans ce cas, l’échange verbal entre tous les employés en formation ainsi que la communication avec le formateur, présent sur site, sont deux outils clés pour mener à bien cette formation en situation de travail.

Séquence réflexive de l’AFEST 

Pour que l’AFEST soit un succès au sein de votre entreprise, la phase de formation en situation de travail doit être accompagnée d’une phase dite de « séquence réflexive ». Il s’agit tout simplement de la seconde phase du processus d’action de formation en situation de travail, celle qui permet à l’apprenant de prendre le recul nécessaire sur son travail. Elle consiste en un échange verbal entre le formateur et l’apprenant uniquement. Individuellement, chaque apprenant se posera des questions précises et simples comme « Qu’ai-je réussi ? » et « qu’ai-je manqué lors de la phase en situation de travail de l’AFEST ? ». Cette séquence réflexive, basée sur l’échange et la prise de recul, permet de mettre de véritables points d’amélioration sur la table, sans pour autant montrer à la vue de tous les situations d’échec de l’employé en formation. Cette phase importante de l’AFEST doit s’effectuer au moyen d’une grille d’analyse conçue avant le début de la formation en situation de travail. Elle sert alors de base de travail pour l’évaluation individuelle et finale de l’AFEST.

Phase d’évaluation : méthode et objectifs

Il n’existe pas de grille d’évaluation préconçue pour cette dernière phase d’action de formation en situation de travail (AFEST). Cette grille d’évaluation doit être faite de manière à montrer que les compétences visées en aval de cette formation en situation de travail sont acquises ou non-acquises par chaque acteur de l’AFEST. De manière individuelle, cette évaluation cible les points forts et faibles des apprenants. De cette manière, l’AFEST amène des changements ciblés au sein des postures de travail et des processus en entreprise. Au final, ces changements apportent une véritable amélioration de la qualité de travail mais aussi de la sécurité du travailleur. Lors de l’action de formation en situation de travail, plusieurs critères doivent être suivis impérativement :

  • La traçabilité complète de l’AFEST et de son suivi : il s’agit ni plus ni moins que de prouver que les personnes ont bien suivi la formation en situation de travail et que l’AFEST s’est déroulée sans accroc
  • Une grille d’évaluation conçue en amont de l’action de formation en situation de travail doit être complétée par le formateur

AFESTApprendre à former en situation de travail  

L’action de formation en situation de travail, appelée aussi AFEST, n’est pas une nouveauté. Toutefois, par le décret du 28 décembre 2018, l’AFEST est maintenant parfaitement définie par la loi française. Elle doit obligatoirement comporter 2 étapes pratiques : l’une de formation en situation de travail, dite de terrain, et l’autre appelée « séquence réflexive ». Ces deux étapes permettent à l’apprenant de prendre le recul nécessaire sur ses habitudes et son poste de travail, l’amenant par-là à améliorer de lui-même ce qui pose problème. Suivie par une grille d’évaluation individuelle, l’AFEST améliore la formation professionnelle avec un procédé facile à mettre en œuvre dans chaque entreprise.